Le premier Noël

Les fêtes approchent… Dans le salon de belle maman, le sapin trône, la crèche attend. La messe est dite. J’ai englouti tous les chocolats du calendrier de l’avent. Mais pas encore trouvé le cadeau de Supermaman. Les rites, les traditions c’est pas mon truc.  Moi ce que j’aime c’est l’idée de se retrouver. Un bon gueuleton. La famille. Quelques huitres, du foie gras, un bon vin et autour de la table les enfants qui crient leur joie de ne pas aller se coucher. Elle est là, la magie de Noël.

Mais cette année, c’est le premier Noël des jumeaux. Un peu spécial et sans doute abstrait à leur yeux. L’occasion de faire des économies sur la déco, les cadeaux? Qui s’en souviendra? Pas eux en tout cas.  On a quand même prévu quelques bibelots. Qu’ils partageront. Sur le papier, j’ai simplement écris: “Pour les Jumeaux”.

A coup sûr, ils seront “archi” gâtés. Car la nouveauté, c’est eux. 6 mois presque jour pour jour que le Père Noël a glissé par anticipation dans nos chaussons ces deux petits Jésus. A mesure qu’ils grandissent, je maigris. 6kg. 1 par mois. Meilleur régime minceur “ever”. A en rendre jalouse Supermaman. Je crois surtout qu’on a pris un coup de vieux. Deux astronautes en apesanteur. Ca plane encore un peu. L’atterrissage s’annonce corsé. Reprise du taf. Nounou à payer. Saleté de rentrée.

Car 6 mois, c’est court et long à la fois. La mission est loin d’être accomplie. Mais que d’étapes déjà franchies. Les premiers cris. Les premiers regards. Les premiers sourires. Les premières saveurs. Les premiers jeux. Chaque jour est une nouveauté. Chaque semaine, une transformation. Chaque mois, une évolution. 6 mois qu’on les harcèle de vidéos. L’iphone rivés sur le nez. Pour ne rien rater. Des tranches de rires, des tranches de vie. Aujourd’hui, tout est compilé. On y aperçoit presque de la complicité. Je suis bête : il est là son coffret cadeau pour Supermaman : 6 mois de crèche à la maison, le tout en chanson!

 

Mon Top blog de parents de jumeaux

 

Vous voulez en lire plus sur les jumeaux. La bloggosphère en est remplie. Qui a dit que blogguer est une manière de décompresser? Voici ma top list.

Jumeaux and Co

Le webmag des jumeaux et tribus, c’est son intitulé. Porté d’une main de maître par Sophie qui vit en Provence. Vous y trouverez plein de conseils pratiques sur la grossesse, la vie au quotidien et les jumeaux qui grandissent. Des interviews plutôt sympa d’experts en tout genre mais aussi ses conseils perso. Il faut y ajouter des bons plan “déco” et des bons plan “vacances à faire en famille” pour en faire un site très complet et très utile.

Des amours de jumeaux

Nanou est une bloggueuse avertie et maman solo de jumeaux. En 2015, elle part en Belgique pour une PMA. Après avoir raconté dans son premier blog ses difficultés à ne pas enfanter, là voici qui commente sa nouvelle vie à 3. Tendre, drôle, atypique comme sa démarche. Nanou est aussi une spécialiste des bonnes recettes sympa. De très jolis articles à lire.

Parents de jumeaux

Johana est Trentenaire, entrepreneuse et depuis juin 2015, Maman de jumeaux. Sur son site internet on y découvre de tout : des coups de coeur, des lectures sympa, ses conseils, et son expérience des jumeaux.  Des anecdotes drôles sur la grossesse, l’accouchement et la vie de famille. Mais il y a aussi la boutique en ligne, les conseils produits et la parole de professionnels auxquels on n’aurait pas forcément pensé.

Papa Cube

Papacube est un trentenaire geek amoureux de BD et père de jumelles (en plus de la 3ème d’où son nom!). Son univers est toujours bien illustré. Son truc à lui : tester les produits high tech pour enfants mais aussi faire découvrir ses bons plan “sorties en famille”. Un blog très original élaboré par un papa enfin…

Maman Floutch

Un blog “parentalité” d’une maman et ses 3 enfants (dont des jumeaux). Elle partage sa vie de famille, ses découvertes produits, ses coups de gueule… Axé déco et maquillage elle est très présente sur instagram.

Coup Double

Coupdouble, le blog d’une maman de jumeaux anonyme, créé en 2007 et élu dans le TOP 5 des blogs de maman par Elle. Un blog riche de choses diverses qui a évolué avec le temps. Des bons plans, des tranches de vie, des jeux concours, de l’info sur ses jumeaux qui ont certainement bien grandi depuis…

Malice et blabla

Estelle a 3 enfants dont une paire de jumeaux. Pour ceux qui aiment les blogs esthétiques au style épuré. Pas trop de blabla mais plein d’infos sur la mode, la déco et le lifestyle.  Joliment fait.

La gémellité en chiffres

Voilà une stat qui me taraude : combien sommes nous dans cette situation à partager les même galères? Ou parfois on nous la pose : combien y a t il de jumeaux France? Ca augmente, c’est bien ça? Pourquoi, comment? Voici les chiffres à retenir :

Les chiffres clés

En 2016 (chiffre les plus récents de l’INSEE), on compte en France 12.847 naissances de jumeaux sur 740.000 naissances soit 1,7%  des accouchements. Quelle chance d’en faire partie!

Et pourtant, en 1976, 40 ans plus tôt, ils n’y avaient que 6.854 naissances de jumeaux pour 720.000 naissances soit 0,9% des accouchements.

C’est donc un fait : depuis les années 1970, la fréquence des naissances de jumeaux a presque doublé en France. Une croissance qui d’ailleurs peut s’observer dans tous les pays (surtout les pays développés).

Comment expliquer ce boom actuel ? 2 choses (comme les jumeaux, toujours par 2!) : l’âge moyen des maternités et la généralisation de la PMA (procréation médicalement assistée).

L’âge des mères

Tout d’abord, l’âge auquel la mère tombe enceinte est l’un des facteurs qui joue le plus sur les chances d’avoir des jumeaux. Or en France, l’âge moyen des mères était de 26 ans et demi en 1977. Entre 1977 et 2010, cet âge moyen est passé à plus de 30 ans. Les raisons sont bien connues : les femmes font des études plus longues et travaillent autant que leur conjoint. Or plus une femme vieillit, plus son taux de FSH, l’hormone responsable de l’ovulation, augmente dans le sang. La probabilité que deux ovules soient fécondés en même temps augmente donc aussi. La mienne a accouché à 37 ans. Premier critère check…

Le recours à la PMA

D’autre part, les stimulations ovariennes, fécondations in vitro, inséminations artificielles, toutes ces techniques favorisent la naissance de jumeaux. Lors des fécondations in vitro par exemple, on implante plusieurs embryons pour maximiser les chances de grossesse… ce qui augmente par conséquent le risque d’avoir des jumeaux. En France, on estime que 61% des grossesses gémellaires sont dues à la procréation médicalement assistée. Encore une fois, je suis dans le critère, puisqu’on a essayé à peu près toutes ces techniques…

Enfin, il est évident que ces deux facteurs (âge des maternités et PMA) sont liés : si les femmes travaillent plus, ce qui est notre cas, leur envie d’avoir des enfant est plus tardive donc leur infertilité augmente. Donc elles sont plus nombreuses qu’avant à avoir recours à ces traitements. Je nous reconnais bien là dedans aussi.

Conclusion : ça explique aisément l’augmentation des jumeaux en l’espace de 40 ans.

C’est bientôt la fin parait-il?

D’après certains chercheurs, ce “boom des jumeaux” pourrait prendre fin. Fini les embryons multiples car bonne pratique du coté médical consiste désormais à implanter un seul embryon et à en garder un second congelé que l’on implante éventuellement peu de temps après si la première implantation n’a pas réussi. Avec un seul embryon, ils visent les grossesses simples et surtout à diminuer les grossesses multiples facteurs de risque. Voilà l’explication.

La stat qui tue

Allez une dernière info pour la route, pour briller dans les diners : dans le monde, on considère qu’il y a aujourd’hui environ 125 millions de jumeaux ou triplés sur la planète ce qui représenterait 1,9 % de la population mondiale. Avec une petite nuance :  seulement 10 millions d’entre eux sont de «vrais jumeaux» monozygotes. Voilà, vous êtes désormais incollables sur le sujet…

A faire après la naissance?

Vous venez d’accoucher (ou du moins votre femme!). Votre foyer est passé de 2 à 4 personnes. Vous avez la tête dans les nuages, la main dans les biberons, le coeur porté sur les enfants. Plus prompts à profiter de cette nouvelle famille qu’à se préoccuper du reste.  Et pourtant, votre famille s’est agrandie, sa configuration a changé. Et aux yeux de l’administration et des autres institutions vous êtes désormais un nouveau foyer avec de nouveaux individus à immatriculer. Voici la liste des choses à ne pas oublier :

S’enregistrer pour bénéficier des aides et droits (http://www.caf.fr/)

Vos enfants doivent disposer chacun d’un numéro de Sécurité sociale (https://www.ameli.fr/)

  • La complémentaire Santé :

Rattacher vos enfants à vos prestations mutuelles

Rajouter des parts à votre foyer fiscal (https://www.impots.gouv.fr/portail/)

  • La mairie

Reconnaitre l’enfant en mairie si vous n’êtes pas marié dans les 5 jours de la naissance

  • Gaz et électricité :

Vos estimations de consommation vont évoluer, prévenez-les!

  • Banques

Débloquer l’épargne salariale si besoin s’il s’agit du 3ème enfant (délai de 6 mois)

  • Employeur

Demander son congé paternité et prévenir l’employeur

  • Crèche

Préparer son inscription en crèche. Il est même conseillé de le faire dès l’obtention du certificat de grossesse tellement les délais sont longs.

Pour beaucoup de ces démarches, il vous sera demandé les extrait d’acte de naissance des enfants, le vôtre et celui de votre conjoint. Parfois, les actes de reconnaissance, le certificat d’accouchement, les cartes d’identité ou le livret de famille. Ces documents peuvent mettre un certain temps à être récupérés alors anticipez…

Quel mode de garde pour des jumeaux ?

Voilà sans doute, l’une des interrogations les plus courantes. Comment faire garder mes jumeaux? Par qui? Et surtout combien ça va me couter?

Car confier ses enfants n’est pas une décision facile à prendre et pourtant elle peut vite devenir pressante puisque papa et maman doivent reprendre le travail. Certes, il y a le congé maternité/paternité deux fois plus long, mais le temps passe si vite…

Bienvenue dans les méandres de cette quête à multiples entrées.

Ma premier étape : Tenter l’inscription à la crèche municipale!

Parce que grandir en collectivité, c’est sain. Parce que ça leur permet aussi de voir autre chose que leur binôme de la maison. Oui, il y a les microbes partagés, les galères les jours de maladie, il n’empêche, ça reste la solution la moins onéreuse. Mais placer deux enfants dans une crèche ça n’est pas si simple et en avoir deux ne procure pas la priorité. En tout cas, pas dans mon cas. On m’a vite répondu “pas de place cette année, revenez l’année prochaine!“.

Du coup, on est allé pleurer en mairie. Genre “Faut nous aider, on n’a pas de solution!”. Démarche qui n’a fonctionné qu’à moitié puisque l’on a obtenu une promesse d’inscription pour l’année suivante. Reste à trouver une solution pérenne jusqu’à la rentrée prochaine.

Ma deuxième étape : le RDV CAF pour comparer les coûts!

Comme je vous l’ai dis, à la CAF, pas d’info par téléphone. Si vous souhaitez connaitre vos droits ou aides financières, il faut se déplacer. Cela dit, le RDV a été très utile puisque je connais in fine ce qu’il va m’en coûter. Et là, faut s’accrocher. Comparer l’aspect financier des modes de garde, c’est du sport de haut niveau. Du cas par cas comme ils disent, en fonction du quotient familial et de ses revenus. Une chose est sûre, il existe des généralités :

  • 3 options possibles : crèche (publique ou privée), assistante maternelle agrée (ou non) ou bien garde à domicile.
  • Pour la nounou ou l’assistante maternelle, soit vous êtes employeur en direct et vous gérez vous même les contrats, les paiement et tout l’administratif, soit vous passez par une structure qui gère tout ça pour vous.
  • Enfin, dernière chose, le niveau de remboursement de la CAF dépend de la formule que vous choisissez.

Compte tenu de ma situation, j’ai opté avec Supermaman pour la garde à domicile (nounou à domicile) que j’emploie directement. Il m’en coûte l’équivalent d’un salaire net (un peu supérieur au SMIC). Les charges sociales sont payées directement par la CAF. De plus, je bénéficie du crédit d’impôts « Emploi d’un salarié à domicile ». En effet, la moitié de ce que je dépense pour la garde à domicile peut être déduit de mes impôts, ou m’être remboursé. Mais ce crédit d’impôt Garde à domicile est toutefois plafonné à 50% de 15.000 €.

Vous êtes déjà perdus, c’est normal le calcul est compliqué mais voici un exemple : “mes dépenses de garde à domicile se montent à 16.000 € cette année, alors que le montant de mes impôts s’élève à 5.000 €. Mon crédit d’impôts va s’élever à 7.500 € (car j’atteins le plafond), l’Etat va donc me rembourser 2.500 € .” Pigé?

Enfin, j’ai une aide CAF d’un montant de 175€ par mois.

Pour résumer, je vais payer l’équivalent d’un SMIC moins 175€ et récupérer en crédit d’impôt 50% de son salaire (aide CAF déduite). Mais cet avantage fiscal ne fonctionnera que l’année suivante donc ma trésorerie va être amputé d’un SMIC complet la première année…

Il faut savoir que si vous optez pour l’assistante maternelle, la cotisation CAF est deux fois supérieur mais le crédit d’impôt lui est moindre : 50% d’un plafond d’environ 5000€.

Enfin, j’ai tenté les micro-crèches privées. A moins d’être accompagnés par votre entreprise ou celle de votre conjoint, il va vous en couter nettement plus cher (2 fois plus cher dans ma situation).

Conclusion : avec des jumeaux, la solution la moins onéreuse reste la crèche publique. L’option nounou à domicile ou assistante maternelle  en emploi direct sont un peu plus chères mais vous permettent de bénéficier d’un crédit d’impôt l’année suivante.

Ma troisième étape : trouver Mary Poppins!

Une nounou parfaite qui range la chambre en sifflotant et procure à vos merveilles un vrai moment d’échange et d’affection, ça doit bien exister!

On a donc commencer par mettre une petite annonce sur nounou-top, le site internet conseillé par les copains. On a reçu pas mal de coups de fil et de candidatures. Mais pas toujours les bonnes. Trop jeune, trop loin, pas assez d’expérience, trop chère… Pourtant certaines, ont le profil rassurant. Puis viens la période des entretiens : parlez moi de vous? vos expériences? votre journée type?  Rangement, lessives, préparations de repas, éveil des enfants, sorties poussettes, pas d’écran ? On est exigeant, on attend d’elle la perfection.  Pas évident de trouver la perle rare pour ses bambins en 30 minutes chronos.  Finalement, c’est la baby sitter des copains qui fera le boulot. On leur a pas piqué, ils nous l’ont conseillé. Plus facile de se décider quand elle vient de façon recommandée. Reste à faire l’administratif, les contrats, les déclarations. Et là il y a pajeemploi, le site parfait pour tout ça. Un préalable : déclarer à la CAF les informations concernant la nounou. Ils vous donneront un numéro d’immatriculation complément mode de garde. Le tour est joué. Mary Poppins est embauchée…

 

Aides et services, à qui s’adresser?

Vous avez des questions sur les jumeaux, ils ont les réponses.  Mais quels conseils peuvent-ils me apporter? Quels sont les aides et services qu’ils proposent. Voici un petit panorama de liens utiles :

Fédération Jumeaux et Plus

Il s’agit d’une fédération reconnue d’utilité publique qui porte la voix des familles de multiples comme son nom l’indique. Il existe quasiment une association “Jumeaux et plus” par département.

Le plus :

  • Des réponses et des conseils pratiques donnés par des gens qui vivent la même expérience que vous ou par des professionnels de l’enfance.
  • Des tarifs préférentiels avec de nombreux partenaires et des marques associées.
  • Un système de locations de matériel d’occasion, des braderies, des forums d’échanges etc…

Les contraintes :

  • Le dynamisme de l’association dont vous dépendez (celle de votre département) dépend de ceux qui l’animent et la gèrent.
  • L’adhésion coûte environ une trentaine d’euros par ans

Notre expérience personnelle : nous n’avons pas adhérez à l’association de notre département mais nous avons assisté à la maternité à une matinée d’échange sur la gémellité co-organisée par l’hôpital. Un couple ambassadeur de l’association est venu nous prodiguer quelques conseils. Un échange utile et agréable qui nous a permis d’obtenir plein d’astuces très pratiques sur la grossesse, l’accouchement, les premiers mois et tout un tas de choses que seuls les parents de jumeaux peuvent savoir.

La CAF

Il est important de s’enregistrer auprès de La Caisse des Allocations Familiales pour déclarer la naissance de ses enfants et bénéficier des prestations familiales.

Les plus :

  • En fonction de vos revenus, vous pourrez bénéficier d’aides financières (prime de naissance, allocations familiales mensuelles, aide au mode de garde etc..).
  • Ils disposent de logiciels de simulation pour calculer vos droits.

Les contraintes :

  • Seules des informations génériques sont données par téléphone
  • Il faut prendre RDV sur place pour parler de votre situation avec un conseiller.

Mon expérience personnelle :

J’ai enragé par téléphone de n’avoir obtenu aucune information utile sur ma situation. Mais le RDV surplace m’a permis de poser toutes les questions utiles et d’avoir de nombreuses réponses sur mes aides, le calcul du mode de garde le plus intéressant etc…

La PMI (Protection maternelle et infantile)

La PMI est un service de votre département. A l’origine, il a été créée pour lutter contre la mortalité infantile et maternelle. Il a évolué vers une prise en charge globale de la santé de la mère, de l’enfant de moins de 6 ans et le soutien aux futurs parents et parents.

Les plus :

  • Pour les parents de jumeaux, il est possible de bénéficier de visites à domicile de sages-femmes ou puéricultrices pour un accompagnement personnalisé.
  • C’est un service gratuit

Notre expérience personnelle :

Une sage femme nous a suivi pendant les trois premiers mois post grossesse. Elle venait une fois par semaine peser, prendre la tension des nouveaux nés et vérifier que leur état de santé était bon. Elle nous a donné de précieux conseils pratiques en tout genre (biberons, cycle du sommeil, croissance, vêtements à porter etc…). D’une grande disponibilité, elle répondait aussi par téléphone à nos interrogations de jeunes parents. Un vrai plus quand c’est les premiers!

La mairie de votre domicile

Ils ont des services dédiés à la petite enfance faits pour vous rendre service ou vous faire bénéficier d’aides multiples.

Les plus :

  • Certaines municipalités octroient des primes de naissance pour les parents de jumeaux. (763 euros à Paris par exemple!).
  • Aides financières pour les gardes d’enfants à domicile.

Les inconvénients :

  • Avoir un profil qui répond à différents critères comme l’ancienneté de la domiciliation ou encore une demande déposée dans les temps (6 mois après la naissance).
  • Les aides sont variables d’une ville à l’autre.

Mon expérience personnelle :

Habitant un petit village de campagne, ma municipalité ne proposait aucune aide financière particulière.