La gémellité en chiffres!

Voilà une stat qui me taraude : combien sommes nous dans cette situation à partager les même galères? Ou parfois on nous la pose : combien y a t il de jumeaux France? Ca augmente, c’est bien ça? Pourquoi, comment? Voici les chiffres à retenir :

Les chiffres clés

En 2016 (chiffre les plus récents de l’INSEE), on compte en France 12.847 naissances de jumeaux sur 740.000 naissances soit 1,7%  des accouchements. Quelle chance d’en faire partie!

Et pourtant, en 1976, 40 ans plus tôt, ils n’y avaient que 6.854 naissances de jumeaux pour 720.000 naissances soit 0,9% des accouchements.

C’est donc un fait : depuis les années 1970, la fréquence des naissances de jumeaux a presque doublé en France. Une croissance qui d’ailleurs peut s’observer dans tous les pays (surtout les pays développés).

Comment expliquer ce boom actuel ? 2 choses (comme les jumeaux, toujours par 2!) : l’âge moyen des maternités et la généralisation de la PMA (procréation médicalement assistée).

L’âge des mères

Tout d’abord, l’âge auquel la mère tombe enceinte est l’un des facteurs qui joue le plus sur les chances d’avoir des jumeaux. Or en France, l’âge moyen des mères était de 26 ans et demi en 1977. Entre 1977 et 2010, cet âge moyen est passé à plus de 30 ans. Les raisons sont bien connues : les femmes font des études plus longues et travaillent autant que leur conjoint. Or plus une femme vieillit, plus son taux de FSH, l’hormone responsable de l’ovulation, augmente dans le sang. La probabilité que deux ovules soient fécondés en même temps augmente donc aussi. La mienne a accouché à 37 ans. Premier critère check…

Le recours à la PMA

D’autre part, les stimulations ovariennes, fécondations in vitro, inséminations artificielles, toutes ces techniques favorisent la naissance de jumeaux. Lors des fécondations in vitro par exemple, on implante plusieurs embryons pour maximiser les chances de grossesse… ce qui augmente par conséquent le risque d’avoir des jumeaux. En France, on estime que 61% des grossesses gémellaires sont dues à la procréation médicalement assistée. Encore une fois, je suis dans le critère, puisqu’on a essayé à peu près toutes ces techniques…

Enfin, il est évident que ces deux facteurs (âge des maternités et PMA) sont liés : si les femmes travaillent plus, ce qui est notre cas, leur envie d’avoir des enfant est plus tardive donc leur infertilité augmente. Donc elles sont plus nombreuses qu’avant à avoir recours à ces traitements. Je nous reconnais bien là dedans aussi.

Conclusion : ça explique aisément l’augmentation des jumeaux en l’espace de 40 ans.

C’est bientôt la fin parait-il?

D’après certains chercheurs, ce “boom des jumeaux” pourrait prendre fin. Fini les embryons multiples car bonne pratique du coté médical consiste désormais à implanter un seul embryon et à en garder un second congelé que l’on implante éventuellement peu de temps après si la première implantation n’a pas réussi. Avec un seul embryon, ils visent les grossesses simples et surtout à diminuer les grossesses multiples facteurs de risque. Voilà l’explication.

La stat qui tue

Allez une dernière info pour la route, pour briller dans les diners : dans le monde, on considère qu’il y a aujourd’hui environ 125 millions de jumeaux ou triplés sur la planète ce qui représenterait 1,9 % de la population mondiale. Avec une petite nuance :  seulement 10 millions d’entre eux sont de «vrais jumeaux» monozygotes. Voilà, vous êtes désormais incollables sur le sujet…