Y a quoi dans leur caboche?

Ca pleure, ça dort, ça chouine, ça rit, ça crie, ça fait la soupe à la grimace. Alors parfois j’me dis “Y a quoi dans leur caboche?”

Tête à tête

Voilà 4 mois qu’ils ont ouvert les yeux. Les yeux de leur monde. Celui qu’ils distinguent à peine. Chaque nouvel horizon est une découverte. Chaque visage est une nouvelle rencontre. Mais qu’ont ils vu précisément? Pas grand chose en fait. Des sages femmes, des gens qui leur semblent inconnus, la banquette du siège arrière, le plafond du salon, le lapin en peluche, le pédiatre, skype et des biberons. Mais s’il fallait résumer leur journée, ce serait surtout une armée de tétines, papa qui rit, maman qui berce et un autre bébé à proximité. Qu’ont ils compris? Sans doute rien aussi. Ni la frénésie du monde, ni la magie de la vie. Pourtant ça rit, ça pleure, ça s’éveille, ça se réveille. En pleine nuit même parfois. Font ils des rêves de biberons? Des cauchemars de pénurie… Et quand ça sourit devant le regard des parents? Mimétisme ou joie réfléchie?

Twinspirit

Dans leur tête, j’ose imaginer “Qu’elle est belle maman!” et “qu’il est sympa papa!”. Vision optimiste, vision pragmatique surtout. La plupart du temps, c’est nous qui les avons. Plus rassurant que “Mais qui sont ces gens?” ou “on me sourit alors je copie!”

Et puis à l’heure des repas, la vue du biberon les met en joie. Se coucher en revanche, c’est résister. “On n’est pas fatigué!”. Car le noir les effraye. Comme s’ils ne croyaient pas aux lendemains. C’est donc ça leurs petits plaisirs de la vie. Une tétine qui s’approche. Une berceuse dans les bras. Et surtout une folle envie de profiter de l’instant présent. Y a quoi dans leur caboche? Simplement les songes de 2 petits épicuriens…

Tendance Jumeaux

Federer, Jay Z, Clooney, Brad Pitt, Ronaldo, la liste s’allonge… J’ai parfois l’impression qu’avoir des jumeaux est devenu Tendance.

Twins Tendance

Même les stars s’y mettent. Mimétisme de comptoir. Je suis fier d’en être. Pourtant, Roger n’a pas l’air fatigué sur le court. Ca lui a même donné des ailes. Un second souffle. Cristiano enchaine les buts, les ballons d’or. J’imagine que sa femme ne peut plus venir au stade. Georges, Brad continuent à cartonner et à l’écran, aucun stigmate sur leur visage. Jay-Z et Beyonce, c’est bon pour le mythe et le glamour. Et pourtant j’imagine que Madame a aussi un emploi du temps de ministre. Mais la comparaison s’arrête là. Moi, je suis planté à la maison. Un peu de taf entre 2 biberons. Finis les concerts, les tennis, le cinéma et les stades de foot. Au revoir liberté. J’ai l’air d’un zombie. Nuits courtes. Journées fractionnées. Emploi du temps phagocyté. Pas sûr qu’on ait le même système de garde. Je m’en fous c’est cool d’en avoir 2. Et puis quand je parade, c’est moi la Star! Ou eux… Ou la poussette double. En tout cas, les regards se tournent, les têtes se penchent. Les gens s’arrêtent, interpellent. “Félicitations”, “Oh qu’ils sont beaux”, “Pas trop dur?”, “Ca passe sur les trottoirs?”. Toujours un pour jouer au jeu des 7 différences. On veut connaitre les prénoms. Bizarre entre inconnus. Gênant mais aussi un peu grisant. Les gosses attirent la sympathie. Pas de secrets entre nous. C’est comme si on se connaissait depuis toujours. Et moi je fais le fier. Je bombe le torse. J’ai fait mieux que les parents d’un seul enfant. Certes, à mon insu. Mais c’est mon Grand Chelem à moi…

“Un peu de bon sens!”

C’est la phrase préférée de notre pédiatre. La “parentalité” d’après elle, c’est instinctif. Une question de bon sens. Pas besoin d’avoir lu des tonnes de bouquins. Juste un peu de réflexion et les réponses viendront.

Twins conflict

Pourtant avec supermaman, on s’épargne pas les conflits. Le bon sens, il a bon dos, il résout pas tous les maux.

“Il a trop chaud?”

“Non, là tu vois bien qu’il a froid”.

Comment je les habille moi les nains quand il fait 5 degrés le matin, 23 l’après midi? Body manche courte, manche longue, avec ou sans Tshirt, pull en laine ou en coton? Le choix des options…

Le débat fait rage. Le débat enrage. Elle avait dit du “bon sens” la pédiatre. Mais qui dit vrai, qui le détient? Pas toujours évident de trouver la vérité. Subjectivité. Alors on se documente. On écoute. On lit. Chacun son avis. Y a plusieurs écoles, plusieurs pédagogies.

“Là, il a besoin de dormir?”

“Non là, il veut jouer, il est pas fatigué faut le divertir”.

Pragmatisme

Tapis d’éveil, transat ou lit dans l’obscurité? Pas toujours aisé de trancher. Pragmatique? ça c’est l’approche scientifique. J’écoute. J’observe. J’essaie. Ca marche. Ca marche pas. J’en tire un enseignement. Mais la démarche a ses limites. Chaque enfant, son tempérament, son métabolisme, ses hurlements. Fois 2 c’est toujours plus compliqué. Une belle pagaille de décider. De prendre les devants. Y en aura toujours un pour contredire Ta vérité.

Et si on prenait le temps de s’écouter, de se parler ? Un peu de patience, de tempérance et la communication en grande prêtresse des Solutions… Une affaire de bienveillance, en somme, peut être ça simplement le bon sens !